Rempotage d’un Sarracenia en self-watering dans de la sphaigne

Bonjour,

Dans cet article, j’explique le rempotage d’un Sarracenia, une plante carnivore pour la quelle j’ai publié la fiche de culture il y a quelques temps.

Les plantes carnivores ont des besoins spécifiques et je ne suis pas sur de pouvoir cultiver cette plante correctement. Ce rempotage est donc avant tout d’une expérience.

Je vais tenter la culture « self-watering » en sphaigne pure grâce à un pot Lechuza. J’ai récemment publié un article pour présenter ces pots.

La technique de la mèche me semble idéale pour cette plante qui pousse dans des zones marécageuses où l’eau arrive par le sol.

On conseille d’ailleurs d’arroser la plante grâce à une coupelle d’eau sous son pot et d’éviter les arrosages par le dessus. C’est justement le principe de la culture « self-watering ».

En appuyant légèrement sur le pot qui contenait la plante jusqu’ici, j’ai pu la dépoter sans difficulté.

IMG_2793

J’ai retiré délicatement l’ancien substrat. Les racines sont bien développées mais fragiles, il faut prendre son temps.

IMG_2794

J’installe de la sphaigne que j’ai humidifié dans le fond du pot, puis je viens placer la plante. Elle est placée au milieu du pot.

Je comble ensuite le reste de sphaigne en laissant environ 1 cm sur le dessus du pot. J’évite de trop tasser pour ne pas abîmer les racines.

IMG_2797
IMG_2798

Le substrat du Sarracenia doit toujours être humide et de ce fait, il risque d’y avoir une accumulation d’algues si la sphaigne n’est pas protégée.

Je place donc des écorces de pin en surface en guise de protection pour finaliser ce rempotage.

IMG_2810

La plante a été placée dans une pièce fraiche et lumineuse pour l’hiver peu de temps après son rempotage (réalisé fin décembre, au moment de l’achat).

Pour l’arrosage, je me contente de verser de l’eau dans le réservoir. Grâce à la mèche, la sphaigne est humifiée. L’humidité remonte facilement jusqu’en haut du pot grâce au grand pouvoir de rétention d’eau de ce substrat.

Pour le moment, l’apport en eau est limité car nous sommes en période hivernale. Lorsque les jours seront plus longs et que les températures seront plus clémentes, le réservoir muni d’un voyant pour le niveau de l’eau me sera très utile.

Des nouvelles de cet essai de culture seront publiées dans un futur article de la série « Histoire d’Or-Chi-Dee ».

Si vous avez des remarques ou des questions, n’hésitez pas à les poster en commentaire.

À bientôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.