Comment arroser une orchidée ?

Bonjour,

Aujourd’hui, on embarque dans ma routine hebdomadaire d’arrosage d’orchidées.

Bien entendu, il s’agit d’une expérience personnelle et les méthodes sont adaptées aux différentes techniques de culture que j’applique. Il ne s’agit pas d’une présentation de la meilleurs façon de faire mais uniquement de comment je fonctionne actuellement.

Nous allons commencer par parler d’un arrosage classique d’orchidées cultivées en pot, dans un substrat « spécial orchidée » ordinaire que l’on trouve en jardinerie.

L’eau utilisée est de l’eau de pluie (ou déminéralisée) à température ambiante. Pour arroser, j’utilise un pulvérisateur (l’arrosoir ne me sert que pour les « grosses plantes » d’intérieur).

La première étape consiste à ramener tous les pots à la cuisine, près de l’évier…

J’ai pour habitude de commencer par les Paphiopedilum qui prennent pas mal de place dans ma collection.

IMG_2741

Utiliser un pulvérisateur permet d’apporter de l’eau et de l’air au substrat sans le détremper.

C’est, à mon sens, plus efficace qu’un arrosoir avec lequel l’eau coule en grande quantité mais très rapidement. Le substrat n’a alors pas le temps d’absorber l’eau de manière homogène.

IMG_2744

J’arrose directement le substrat en évitant un maximum de mouiller les feuilles. Le pot devient un peu plus lourd lorsque le substrat a pu absorber de l’eau.

Je laisse ensuite les pots s’égoutter quelques minutes au dessus de l’évier.

Puis la seconde, et la troisième, etc…

IMG_2748

Ensuite, je secoue encore légèrement le pot tenu un peu penché au dessus de l’évier pour retirer les dernières gouttes.

Puis je fais la même chose avec les autres orchidées et plantes d’intérieur cultivées en petits pots.

Pareil que tout à l’heure, je place et déplace les pots au fur et à mesure.

IMG_2750

On lit souvent qu’il est possible de baigner les pots des orchidées. La technique consiste à placer le pot dans de l’eau pendant quelques minutes.

Lorsqu’il y a beaucoup de lumière en été, les racines des plantes et orchidées peuvent facilement absorber l’eau. De plus, celle-ci s’évapore rapidement grâce à la chaleur.

En période hivernale le substrat ne sèche pas aussi rapidement et la plante a besoin de moins d’eau du à l’absence de lumière. C’est pourquoi les arrosages doivent être diminués.

Pour ma part, j’évite la technique du bain, surtout durant la période hivernale.

Un substrat détrempé trop longtemps provoque le pourrissement des racines qui sont alors asphyxiées et la plante peut finir par mourir.

Il en est de même pour les Tillandsias. En hiver, je préfère les pulvériser avec modération. 🙂

En été, c’est plutôt un bain durant quelques minutes que je privilégie pour ces plantes.

Ensuite, nous passons à l’arrosage des orchidées en semi-hydroculture et en mèche (« self-watering »).

Il s’agit de deux techniques de culture que j’expérimente en ce moment. Je pense qu’un bilan sera fait l’automne prochain pour ces essais, après environ un an de culture.

En attendant, c’est plus facile pour l’arrosage car je ne dois pas déplacer les plantes…

En S/H, j’arrose par le haut du pot avec le pulvérisateur pour bien humidifier le dessus (qui lui, sèche rapidement) et ce jusqu’au moment où je vois l’eau coulée par les trous en bas du pots (qui sont là pour éviter de stocker une trop grande quantité d’eau dans le réservoir).

L’eau atterrit sur du Séramis qui s’humidifie, ce qui augmente l’hygrométrie autour de la plante.

Pour les orchidées en mèche, je vérifie s’il reste de l’eau dans le réservoir.

Si ce n’est pas le cas, j’arrose de la même manière que pour les orchidées en semi-hydroculture. Par le dessus, jusqu’à ce qu’il y ait un peu d’eau dans le réservoir.

D’une manière générale dans une culture classique en pot, la règle la plus importante à retenir est qu’une orchidée souffrira moins d’un oubli que d’un excès d’arrosage.

Il existe des particularités pour certaines orchidées (ou techniques de culture comme la semi-hydroculture ou en mèche) c’est pourquoi il faut toujours bien se renseigner sur la plante afin de pouvoir la cultiver dans de bonnes conditions.

Dans un prochain article, nous discuterons plus en détail de l’eau à utiliser pour les orchidées. Nous analyserons le pH et les micro-siemens présents dans l’eau de pluie, l’eau distillée et l’eau du robinet.

Si vous avez des remarques ou des questions, n’hésitez pas à les poster en commentaire.

À bientôt.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.