Comment faire refleurir l’orchidée Phalaenopsis #1

Bonjour !

Dans les articles « Comment faire refleurir … », je rassemble des informations plus détaillées qui permettent d’en savoir plus sur la culture et l’entretien des orchidées.

Bien entendu les informations reprises ici sont générales, les plantes évoluent différemment selon les conditions de cultures apportées. Il est possible qu’il y ait des exceptions, différences, etc. par rapport à l’expérience de chacun.

Dans ce premier article de la série « Comment faire refleurir … », voici quelques explications sur le Phalaenopsis (type hybride complexe que l’on trouve dans toutes les jardineries) qui permettent de mieux comprendre son développement.

Le Phalaenopsis est monopodial, ce qui veut dire que la plante évolue sur une seule tige principale qui grandit au fur et à mesure du temps.

Les racines de cette plante sont charnues et peuvent avoir un aspect différent si elles sont plongées dans un substrat de culture ou si elles sont aériennes.

La coloration est généralement grise pour les racines aériennes ou blanchâtres dans leur milieu de culture.

Elles se terminent par une pointe verte arrondie lorsqu’elles sont en croissance active.

img_3228.jpg

Humides, les racines prennent une couleur verte.

IMG_3229

Ce qui est visible au niveau de la racine est en réalité le « vélamen ». La véritable racine est très fine et se trouve au centre de ce vélamen qui est là pour retenir et distribuer l’eau lentement.

Dans la culture des Phalaenopsis en pot transparent, il est facile de voir l’état du réseau racinaire (et donc l’état de santé de la plante).

Cela permet également de voir si la plante doit être arrosée ou non en fonction de l’humidité dans le pot et/ou de la couleur des racines et du substrat.

Les racines partent du cœur de la plante et poussent en étoiles, dans tous les sens. Elles peuvent aller vers le bas (dans le substrat) ou aller vers le haut et être aériennes.

On éliminera les racines uniquement si elles sont sèches (et donc mortes).

Le feuillage est persistant et se développe tout au long de l’année. Les feuilles se forment de part et d’autre du cœur de la plante et sont superposées. Elles sont généralement ovales, de quelques centimètres jusqu’à 50 (cm) pour les plus grandes.

Avec le temps, le Phalaenopsis se séparera des feuilles les plus anciennes. Celles-ci jauniront et finiront pas tomber.

IMG_3281
IMG_3282

En règle générale, cette orchidée produit deux à trois feuilles par an. L’une à droite puis l’autre à gauche (ou inversement). Il est possible qu’un second cycle ait déjà commencé sur la même année.

IMG_3227

En ce qui concerne les hybrides les plus répandus, leur hampe florale est souvent bien fournie et peut fleurir jusqu’à parfois 5 ou 6 mois.

En ce qui concerne les espèces botaniques, l’inflorescence peut être courte, peu fleuries ou au contraire porter plusieurs dizaines de fleurs.

Des bourgeons dormants sont présents le long de la hampe florale et sont capables de développer des hampes secondaires (dans certaines conditions).

Ces bourgeons sont également capables de produire des plantules ou keikis (bébés en Hawaïen).

La hampe florale pousse horizontalement sous une feuille lorsqu’elle part de la base de la plante, de sorte à être protégée par cette feuille pendant le début de sa croissance où elle est très fragile.

On reconnait une hampe florale en début de croissance à sa forme au bout quelque peu pointu.

IMG_3220.JPG
IMG_3221.JPG

Les racines peuvent également pousser à cet endroit. Elles sont plus arrondies, comme on le voit sur la photo ci-dessous.

IMG_3219.JPG

Maintenant que la base est établie, voyons les détails qui permettent de comprendre comment et quand le Phalaenopsis lance sa floraison.

Il faut commencer par appliquer les bonnes techniques de culture… Pour cela, je ne peux que renvoyer à la fiche de culture du Phalaenopsis.

Les racines du Phalaenopsis doivent être saines et le réseau racinaire doit être bien développé. Sans cela, la plante n’aura pas l’énergie nécessaire et peu de chance de développer une nouvelle hampe.

L’orchidée a ensuite besoin de sentir une différence de température entre le jour et la nuit (d’environ 3 à 5° C) pendant 2 à 5 semaines pour déclencher une floraison.

En appartement ou maison, le déclenchement à souvent lieu en automne lorsque les températures commencent à être plus fraiches.

17 ou 18 °C semble être la température de nuit idéale pour initier une (ou des) hampe(s) florale(s).

C’est uniquement cela qui induit la floraison. Il n’y a pas de recettes miracles ou de trucs et astuces « magiques » comme on peut parfois lire sur Internet où l’on conseille même de mettre la plante à la cave…

La nouvelle hampe (ou les, si elles sont plusieurs) arrive(nt) le plus souvent sous la seconde (ou parfois troisième) feuille du Phalaenopsis.

Voici quelques clichés de ma toute première « refloraison maison » de Phalaenopsis (hybrides complexes). 😉 😀

IMG_2684.JPG
IMG_2830
IMG_2832

J’espère que cet article vous aidera à mieux comprendre le Phalaenopsis et vous aidera à faire refleurir le(s) votre(s) ! 😉

Si vous avez des remarques ou des questions, n’hésitez pas à les poster en commentaire.

À bientôt !

2 réflexions sur “Comment faire refleurir l’orchidée Phalaenopsis #1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.